un-si-petit-oiseau-marie-pavlenko
Adolescents / Young Adult, Adultes, Contemporain, Pavlenko Marie, Roman, Très bonne lecture

Un si petit oiseau – Marie Pavlenko

Contemporain / Adolescents / Adultes


un-si-petit-oiseau-Marie-PavlenkoRésumé :
Après un accident de voiture qui l’a laissée meurtrie, Abigail rentre chez elle. Elle ne voit plus personne. Son corps mutilé bouleverse son quotidien, sa vie d’avant lui est insupportable. Comment se définir quand on a perdu ses repères, qu’on ne sait plus qui on est, que la douleur est toujours embusquée, prête à exploser ? Grâce à l’amour des siens. Grâce aux livres. Grâce à la nature, au rire, aux oiseaux. Avec beaucoup de patience, peu à peu, Abi va réapprendre à vivre.

Flammarion, 2019
385 pages / 17,50 €


Mon avis :

Comme toujours, Marie Pavlenko m’a touchée au coeur avec ce roman à la fois poignant et plein de vie. Le sujet abordé est loin d’être évident à traiter : Abigail, jeune adolescente, perd son bras dans un accident de voiture. Et lorsqu’elle sort enfin de l’hôpital, elle ne supporte plus ce que la perte de ce membre lui a retiré : elle doit envisager l’ensemble de sa vie sous un autre angle, trouver une autre manière de vivre. Mais elle reste comme bloquée sur ce qu’elle a perdu, n’arrive pas à voir à nouveau du positif dans sa vie… et revendique son droit à se plaindre (parce que si on n’a pas le droit de se plaindre alors qu’on a perdu un bras, où va le monde !)

Abi n’accepte pas son image, ni dans le regard des autres, ni dans le sien, et ne supporte plus son reflet, amputé, dans le miroir. Elle se renferme sur elle même, reste cloîtrée des heures dans sa chambre, se noie dans ses séries télé, prend des médicaments pour dormir, tandis que ses proches essayent de l’aider à leur manière. Elle pleure son ancienne vie, ses rêves envolés, son ancien petit ami qui l’a quitté peu de temps avant l’accident. C’est une rencontre inattendue, un ancien camarade d’école croisé dans la rue, qui va peu à peu aider Abi dans son cheminement vers la guérison.

Au fil des pages, on découvre ce qu’Abi ressent : les hauts et les bas, les angoisses, les peurs et les moments de doute, les petites et grandes victoires, les espoirs, les regrets, les douleurs physiques aussi (le fameux membre fantôme). Sans jamais tomber dans le pathos, toujours avec sa pointe d’humour, Marie Pavlenko insuffle à la fois force et fragilité à son personnage, restitue son état d’esprit et ses pensées avec justesse et émotion.

Ce que j’ai trouvé intéressant dans ce livre, c’est la place donnée à l’entourage d’Abigail. On comprend bien l’importance que peuvent avoir les proches dans la reconstruction d’un individu, et c’est criant ici à travers les parents, la tante et la soeur d’Abi. Car si la situation est difficile pour l’amputé, elle est loin d’être facile pour ceux qui l’accompagnent au quotidien. On le voit chez la mère d’Abigail par exemple, qui cumule son travail et l’aide apportée à sa fille sans s’accorder de moments de repos, pour s’occuper d’elle-même. Ou encore chez la soeur d’Abi, qui navigue entre des sentiments d’amour fraternels, et l’agacement face à l’attitude d’Abigail, voire la jalousie devant cette soeur qui cristallise toute l’attention de la famille et dicte l’ambiance du jour. Dans le roman, on traverse donc à la fois les émotions d’Abi, mais aussi celles de son entourage. Et les personnages sont, comme toujours dans les romans de Marie Pavlenko, absolument délicieux : plein d’humour, un peu loufoques, terriblement humains.

Une fois de plus, merci Marie pour ce beau récit inspirant, cette manière que tu as de mettre ta touche personnelle dans tes livres, ces récits qui nous montrent que le bonheur est à portée de main, même dans les situations difficiles.

En bref :

Un si petit oiseau est un roman sur la reconstruction de soi : on y rencontre Abi, une jeune adolescente qui vient de perdre un bras dans un accident de voiture. Au départ, Abi est déprimée et ne supporte plus son image. Mais des retrouvailles avec un ancien camarade d’école vont l’aider à remonter la pente, à trouver de la joie dans sa nouvelle vie et à se construire de nouveaux rêves. Avec ses personnages loufoques et réalistes et sa touche d’humour toute personnelle, Marie Pavlenko offre un récit touchant et plein d’espoir, comme un encouragement à ceux qui en ont besoin dans les moments difficiles.
Très bon
8/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s