Phobos-tome-2-victor-dixen copie
Adolescents / Young Adult, Adultes, Dixen Victor, Lecture décevante, Livre Audio, Romance, SF

Phobos #2 : Il est trop tard pour oublier – Victor Dixen

Adolescents / Adultes / Science-Fiction / Romance


phobos-tome-2-victor-dixenRésumé :

ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.

Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS

Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

MEME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE,
IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Audiolib, 2016
755 minutes / 24,95 €


Mon avis :

Sur le premier tiers du roman, j’ai trouvé que ce deuxième tome n’était pas trop mal parti : le format audio me semblait particulièrement bien adapté au récit. En effet, les dialogues sont très présents, et les scènes conçues pour être visuelles (après tout, l’auteur raconte une histoire de télé-réalité dans l’espace ! ). Alors au départ, je me suis vraiment crue dans un show télévisé, naviguant entre le champ et le hors champ de la caméra. Et ça me plaisait !

Mais très vite, j’ai déchanté sur plusieurs points. D’abord, l’intrigue principale n’avance pas beaucoup, et j’ai vraiment eu l’impression que l’auteur proposait des rebondissements qui n’en sont pas vraiment, un peu « hors sujet », comme pour prolonger le récit sans que ce soit vraiment indispensable à mes yeux. Ensuite, la méchante Serena et ses menaces me semblent trop grosses pour être crédibles, mais bon pourquoi pas, après tout je ne sais pas vraiment comment cela se passe réellement pour les personnages puissants et influents comme elle… Enfin, je n’ai pas du tout accroché aux chapitres relatifs à Harmony et à Andrew. Je les trouve plats et sans grand apport à l’intrigue, si ce n’est le twist final.

Et justement… en le découvrant, ma première réaction a vraiment été : WTF ?? *désolé pour ce débordement* Cette solution sort franchement de nulle part, et sa découverte est basée uniquement sur le hasard (sans parler du vecteur de la découverte, non vraiment c’est complètement irréel). C’est ce twist final qui a achevé de me décevoir, comme un mauvais tour de magie sorti du chapeau de l’auteur et qui gâte l’ensemble du roman.

Pourtant, il y a aussi des points positifs : les participants au programme Genesis sont enfin réunis, et certains d’entre eux sont davantage développés dans ce second tome. Cela permet de nuancer un peu leurs caractères, de faire apparaître des facettes moins visibles de leurs personnalités, et de voir comment se développent les relations entre eux. N’est ce pas finalement ce qui intéresse tous ceux qui visionnent de la télé-réalité ?

L’intérêt est aussi de voir comment ce genre d’émission peut manipuler les spectateurs et les participants pour faire apparaître les images souhaitées, et provoquer certaines réactions voulues. Il y a un double jeu à la fois chez Serena et chez les participants, ce qui biaise complètement la vision du spectateur sur les scènes auxquelles il assiste. On le voit bien lorsque l’on compare les réactions des fans du programme Genesis et celles du duo Harmony/Andrew, qui connaît la vérité et devine certaines choses derrière l’apparence donnée par les images et le jeu des participants.

Ce qui apparaît aussi en trame de fond, c’est bien le pouvoir des entreprises sur la société : ici, l’avancée spatiale n’est possible que parce qu’un fond d’investissement y a vu un gain potentiel d’argent énorme, surpassant de loin les coûts gigantesques et la durée longue des préparatifs nécessaires. Cela montre bien que pour qu’une avancée soit développée et ensuite accessible au plus grand nombre, il faut qu’à un moment donné, quelqu’un y voit un gain possible, non pas en termes qualitatifs pour la société, la vie humaine, l’environnement ou autre ; mais en termes de profits monétaires, ou encore de pouvoir. Parfois ces intérêts collectifs et individuels coïncident, mais le fait qu’un investisseur choisisse ou non de développer tel ou tel produit ou service influence profondément le fonctionnement de notre monde. Et actuellement, il est principalement basé sur l’argent. Il faut l’avoir en tête, et parfois cela permet de prendre du recul sur les choses, de les voir autrement.

Si j’apprécie ce que cherche à montrer l’auteur à travers son histoire (c’est d’ailleurs ce qui m’avait attiré vers cette saga au départ), j’ai moins aimé le côté romance qui est développé dans ce deuxième tome. Il est très présent et trop immature à mon goût : les participants se déclarent un amour brûlant et éternel au bout de deux jours, font de grandes déclarations enflammées sur divers sentiments en lien avec l’amour et l’attirance physique, et semblent se complaire dans leurs mélodrames adolescents. Tous ces passages m’ont complètement sortis du récit, les secrets de Marco ne m’ont fait ni chaud ni froid, les accès de jalousie d’Alexeï m’ont agacée au plus haut point, l’attitude de Mozart également. Bref, je me serai bien passée de certains chapitres, mais les jeunes lecteurs y trouveront peut être leur compte.

Au final, j’hésite sur le sort à donner au troisième tome : est il du même acabit que ce deuxième opus, ou va t il apporter quelque chose de plus ? Va t il conclure proprement l’histoire ou partir sur le genre de revirement engagé sur la fin du tome 2 ? Je ne me suis pas encore décidée, mais je donnerai en priorité leur chance à d’autres romans pour le moment.

 

En bref :

Phobos est au départ un cycle avec de bonnes idées : j’aime ce qu’il montre sur la télé réalité et la manipulation de l’image, sur la domination du profit sur toutes les autres valeurs, ainsi que sur la toute puissance des entreprises et leur influence sur notre société. Par ailleurs, le récit est très visuel et donc en phase avec son sujet principal. L’audio est également un format qui fonctionne bien avec ce type de récit et le rend d’autant plus attractif. Cependant, pas mal de points noirs sont venus ternir mon ressenti global sur ce tome : l’intrigue assez plate et qui avance peu, le twist final improbable et sorti de nulle part, les débordements amoureux trop présents et trop immatures à mon goût. Malheureusement, ce sont bien ces éléments négatifs qui me restent en tête après avoir terminé le roman, si bien que je ne suis pas sûre d’accorder sa chance au troisième tome.
6/10

2 réflexions au sujet de “Phobos #2 : Il est trop tard pour oublier – Victor Dixen”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s