tu-comprendras-quand-tu-seras-plus-grande-virginie-grimaldi
Adultes, Contemporain, Grimaldi Virginie, Livre Audio, Très bonne lecture

Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Adultes / Contemporain / Livre audio


tu-comprendras-quand-tu-seras-plus-grande-virginie-grimaldiRésumé :
A 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu surccessivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu’au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d’emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.

Audiolib, 2017
9h04, lu par Astrid Roos / 21,90 €


Mon avis :

Pas particulièrement emballée au départ par le pitch de ce roman, je me suis laissée tenter sur les conseils d’une amie, et j’ai bien fait 🙂 J’ai eu un peu de mal à entrer totalement dans l’histoire dans le premier tiers du récit, mais ensuite je n’ai plus lâché le roman.

Au départ, les choses se mettent en place assez lentement. Le lecteur prend alors connaissance du personnage principal, Julia, et de son histoire, de ce qui l’a amenée à franchir un jour la porte des Tamaris, une maison de retraite à Biarritz dans laquelle elle va exercer son métier de psychologue pendant quelques mois, en remplacement d’un congé maternité. Nous apprenons notamment que Julia a été touchée par un deuil très douloureux : celui de son père, puis de sa grand-mère. A cela s’est ajoutée une rupture amoureuse qui a achevé son moral… Depuis, Julia est dans la fuite, et sa vie n’a plus la saveur d’antan.

C’est dans un sursaut pour se sortir de cette situation qu’elle postule pour les Tamaris. Elle pense alors profiter de ces quelques mois pour se retrouver seule avec soi-même et régler ses problèmes personnels. Mais la vie étant ce qu’elle est, cela se déroule rarement comme on le souhaite… son séjour aux Tamaris ne va pas du tout se passer comme elle l’imaginait !

Et c’est là que le récit devient véritablement prenant et intéressant : Julia va peu à peu apprivoiser les pensionnaires des Tamaris et découvrir leur histoire. Elle va également faire la connaissance des autres employés de la maison de retraite, et des proches des pensionnaires qui passent, régulièrement ou non, rendre visite à leurs parents ou grands-parents. Chacune de ces personnes va lui apporter quelque chose et l’aider à remonter la pente tout doucement.

On finit par s’attacher à ces personnes âgées qui ont des choses à nous apprendre. Plus on avance dans le roman, et plus on les considère avec tendresse, même dans leurs petits défauts. Dans ce roman, la vieillesse n’apparaît pas plus triste qu’un autre âge de la vie. En vérité, elle permet de s’affranchir des conventions, des attentes que les autres placent en nous et que nous-mêmes plaçons en la vie, pour ne garder que l’essentiel. C’est pourquoi ces personnes savent profiter du moment présent et, au milieu de leur routine et de leurs vieux os, avoir des instants de fulgurance heureuse, des élans de spontanéité que nous, plus jeunes, oublions parfois de vivre quand ils se présentent.

C’est la découverte de ces instants simples de bonheur, mais aussi de l’histoire – heureuse ou non – de certains pensionnaires, qui va redonner le goût de la vie à Julia, la faire sortir de son apathie, permettre à ses émotions et à sa tristesse de s’exprimer, briser la carapace qu’elle s’était construite. En acceptant sa douleur, ses erreurs et ses faiblesses, Julia retrouve de la force pour affronter la réalité d’un monde sans son père et sa grand-mère, un monde où elle s’est trompée en choisissant un compagnon qui ne lui convenait pas, un monde où elle s’est isolée égoïstement dans ces épreuves au lieu de se rapprocher de sa famille.

Julia est comme nous tous, et en cela on peut facilement s’identifier à elle, bien que personnellement je n’aie jamais vécu de deuil aussi douloureux. J’ajouterai que ce roman se termine sur un petit twist scénaristique que je n’avais absolument pas vu venir, et j’ai adoré être surprise de la sorte !

 

En bref :

Ce roman raconte comment Julia, une jeune trentenaire, surmonte le deuil et la séparation grâce à sa rencontre avec les pensionnaires des Tamaris, une maison de retraite à Biarritz. L’auteur dépeint des personnages attachants et hauts en couleurs, dans un style vivant qui mêle humour et émotion. La lecture rythmée d’Astrid Roos rend l’écoute agréable et m’a permis d’apprécier pleinement ce roman qui traite de sujets douloureux sur un ton résolument optimiste et moderne.
Très bon
8/10

2 réflexions au sujet de “Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi”

  1. J’ai apprécié le fait que Julia ait voulu s’auto-anesthésier face à ses émotions et que les pensionnaires – ces sacrés cocos ! – lui fournissent tant de preuves qu’il vaut mieux changer un ode à la vie 🙂 J’aime beaucoup l’écriture de Virginie Grimaldi (je l’ai connue il y a plusieurs années quand elle tenait son blog).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s