le-passage-justin-cronin
Adultes, Cronin Justin, Le Passage, Roman, SF, Très bonne lecture

Le Passage #1 – Justin Cronin

Science-Fiction


Le passage tome 1 - Justin CroninRésumé :
Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l’humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre. Surgie de nulle part, une jeune fille vient à leur rencontre. Elle semble avoir 14 ans.
Elle en a 100 de plus.
Elle est venue sauver le monde.

Pocket, 2013
1265 pages / 11,80 €


Mon avis :

J’ai enfin trouvé le courage de lire cet énorme pavé. En effet en poche ce roman fait presque 1300 pages, et j’ai mis trois semaines à le lire. Et ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est qu’un premier tome ! L’auteur est très gourmand et ne s’est pas limité à un seul pavé, puisque son récit s’étale sur trois tomes.

Et pourtant, comme on me l’avait annoncé, la lecture n’a pas du tout été fastidieuse. Les pages défilent rapidement, car il se passe beaucoup de choses dans ce roman. Le lecteur n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer ! Cependant, je pense tout de même que l’auteur aurait pu faire tenir son récit en moins de pages, notamment par rapport à la première partie du roman, qui comporte environ 400 pages.

Cette première partie nous raconte le point de départ des événements ayant conduit à la fin du monde tel qu’on le connaît. Ainsi, on découvre que l’armée américaine réalise des expériences sur des individus condamnés à la peine de mort, qu’elle fait disparaître de la circulation avant de leur inoculer un virus dont les effets sont étudiés dans un laboratoire secret. Bien évidemment, comme dans tout roman post-apocalyptique, les cobayes finissent par s’échapper et par contaminer le monde avec leur virus. Cependant, il ne s’agit pas ici de zombies, comme on pourrait s’y attendre. Dans le roman, les créatures qui deviennent le fléau du monde s’appellent des viruls. Elles sont dès le départ assimilés à des vampires : elles boivent du sang (humain ou non), elles craignent la lumière, semblent immortelles (mais ont un point faible au niveau du sternum, et peuvent donc être tuées), possèdent une agilité et une vitesse surhumaine…. On est donc loin du zombie lent et stupide ! Dans cette première partie, on rencontre également l’un des personnages centraux de la trilogie : Amy, une jeune fille de six ans qui va se retrouver au cœur des événements qui bouleversent le monde.

Ce que je reproche à l’auteur ici, ce n’est pas de s’attarder sur « l’avant apocalypse », mais plutôt de vouloir décrire la vie et les sentiments de tous les personnages y compris secondaires (voire carrément anecdotiques). Parfois, on se demande quelle est l’utilité de tous ces détails. Certains ont leur importance plus tard au cours de l’histoire, mais pas tous. Peut-être que l’auteur utilisera ces éléments dans les tome 2 et 3, mais pour l’instant, certains passages ne m’ont pas semblé nécessaires. Finalement, cette première partie n’est pas du tout ma préférée, bien que j’ai beaucoup apprécié le personnage de Wolgast et sa relation avec Amy.

Le reste du roman se déroule environ cent ans après ces événements, c’est-à-dire après l’expansion du virus. Le lecteur se retrouve alors au cœur d’une petite colonie de survivants, protégés des viruls par un mur entourant la ville et des lumières qui restent allumées toutes les nuits et empêchent les créatures de pénétrer au sein de la colonie. De multiples personnages font alors leur apparition, certains plus importants que d’autres.

Après avoir pris connaissance du fonctionnement de la colonie, l’intrigue s’emballe et l’auteur nous livre un survival trip de qualité. Nous suivrons alors un groupe de personnages qui entament un long voyage, qui débouchera peut-être sur un espoir pour l’avenir de l’humanité. Les nombreux détails donnés par l’auteur sur chacun des personnages, leur passé, leurs pensées, leurs relations avec les autres, permettent de creuser leur psychologie, et d’apporter un véritable plus à son récit. Ce sont finalement ces personnages qui donnent tout leur intérêt au roman, car l’intrigue en elle-même n’est pas particulièrement originale ni complexe. Il est d’ailleurs souvent assez facile de deviner ce qu’il va se passer dans les grandes lignes.

Le récit est dynamisé par l’alternance entre le point de vue des différents personnages, ainsi que par l’utilisation de différents formats de narration. Par exemple, certains chapitres sont issus du journal d’un des personnages, et j’apprécie particulièrement ce type de narration !

Cependant, je ne sais pas si cela est dû à l’abondance de détails ou à la longueur du récit, mais je n’ai pas ressenti d’émotion particulièrement forte pendant ma lecture. J’étais surtout captivée par les événements, par leur enchaînement, et par les relations qui se tissent entre les personnages. Mais malgré leur profondeur, je n’ai pas réellement été touchée par l’un d’entre eux en particulier. J’ai eu le sentiment de lire une épopée qui racontait l’histoire du monde, plutôt que celle de quelques destinées personnelles.

Cela ne m’a pas empêchée d’apprécier cette lecture, ni d’avoir envie de lire les tomes suivant, malgré leur taille conséquente. Il faut dire que l’auteur termine ce tome sur un cliffhanger qui fait bien mal. Dans ces conditions, impossible de résister aux tomes suivants !

En bref :

Le Passage est un très bon roman post-apocalyptique : si l’intrigue ne réinvente pas le genre, elle est très bien menée et rend la lecture addictive. Croyez moi ou non, mais on ne sent pas passer les presque 1300 pages de ce pavé, et c’est déjà un petit exploit ! Je pense tout de même que l’auteur aurait pu faire quelques coupes dans son roman, car il y a une profusion de détails sur les personnages, y compris secondaires – voire tertiaires. Ceux-ci sont très fouillés et leurs relations intéressantes à suivre, mais je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à eux ou à m’émouvoir de leurs préoccupations personnelles. Malgré ces petits défauts, j’ai vraiment envie de lire la suite : Justin Cronin a fait de ce survival trip un véritable page-turner, dense et plein de rebondissements. Cela ferait un très bon film, et je vous invite à dépasser la peur du pavé pour vous plonger dans cette histoire !
 
Très bon
8/10

5 réflexions au sujet de “Le Passage #1 – Justin Cronin”

  1. Lu il y a un ou deux ans et je n’avais pas vraiment aimé. La profusion de détails et de personnages dont on ne comprend pas bien l’utilité comme tu le soulignes, et surtout un mysticisme que je n’avais pas forcément trouvé bienvenu (par le biais du personnage de la soeur notamment). Cela m’avait semblé trop de directions différentes pour une seule et même histoire.

    J'aime

    1. C’est vrai qu’il y a pas mal de mysticisme dans le roman, ce qui est assez étonnant par rapport aux autres oeuvres du même genre que j’ai pu lire jusqu’à présent. Ce n’est pas quelque chose qui m’a dérangé plus que ça, mais je n’apprécie pas particulièrement non plus cet aspect. Je verrais comment l’auteur se dépatouille avec ça dans le tome suivant… (mais bon, je ne pense pas le lire tout de suite, il faut quand même les digérer toutes ces pages!!)

      Aimé par 1 personne

  2. Surtout, ne résistes pas aux tomes suivants 🙂 J’ai apprécié le luxe des nombreux détails, qui permettent de s’accrocher aux personnages et surtout de se fondre, tant dans l’époque que dans l’ambiance. Je comprends ces passages qui auraient pu être évités même si tout comme toi, je ne me suis pas ennuyée. Souvent, je trouve que le tome 2 est souvent le plus « faible » dans les trilogies, saches que ce n’est absolument pas mon avis avec celle-ci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s