Bailly Samantha, Contemporain, Jeunesse et Young Adult, Nos âmes jumelles, Très Bon

Nos âmes jumelles, Tome 3 : Nos âmes plurielles – Samantha Bailly

Contemporain / Young Adult


Nos âmes jumelles, Tome 3 : nos âmes plurielles - Samantha BaillyRésumé :
Sonia et Lou se sont rencontrées sur un forum autour de leur passion créative : l’écriture pour Sonia, le dessin pour Lou. Leur blog BD, Trames jumelles, a été remarqué par un éditeur qui les a encouragées dans leur vocation. Bac en poche, elles réalisent leur rêve : s’installer à Paris en coloc ! Mais leurs tempéraments sont radicalement opposés… Sonia adore sa nouvelle liberté et les fêtes étudiantes, tandis que Lou s’investit pleinement dans sa formation aux Gobelins. L’année s’annonce électrique !

 

Rageot, 2017
304 pages / 13,90 €


Mon avis :

Lire le dernier tome d’une trilogie, c’est toujours un peu délicat : souvent, le tome 2 sonne comme une transition, et on a donc hâte de lire la suite et fin. En même temps, les fins sont toujours un peu difficiles pour le lecteur, qui doit laisser les personnages continuer leur chemin hors du roman, et qui doit accepter la fin choisie par l’auteur. C’est ce sentiment de crainte mêlé d’excitation que j’ai ressenti lorsque j’ai commencé Nos âmes plurielles. Mais la crainte m’a vite quittée alors que je lisais les mots de Samantha Bailly, qui a réussi à clore cette trilogie d’une bien belle façon.

Ce troisième tome, c’est celui du changement et de la maturité pour nos deux héroïnes Lou et Sonia : elles sont plongées dans le grand bain de la capitale, et doivent toutes les deux faire face à leurs choix et leurs envies. D’un côté, Lou qui intègre la prépa des Gobelins, école dont elle rêve depuis des lustres, mais qui déchante très vite devant la masse de travail que réclame la prépa, elle qui avait toujours eu énormément de facilités à l’école. De l’autre, Sonia, qui commence la fac de philo, mais qui ne perd pas de vue son objectif premier : écrire, encore et toujours, et arriver à se faire publier par un éditeur. Chacune poursuit son rêve à sa façon, chacune s’interroge, doute, et prend réellement conscience du long chemin qui lui reste à parcourir avant de pouvoir le toucher du doigt.

 

Qu’est-ce qu’elle y connaît, à la BD ? Qui est-ce qu’elle est pour décréter ce qui est possible ou non ? Je vais te dire, Lou, il n’y a qu’une seule personne qui peut décider si c’est atteignable ou non. C’est TOI.

[…] elle attend une reconnaissance, une autorisation d’exister. A-t-elle vraiment le temps de patienter ? Non. La vie s’écoule, passe, puis s’éteint.
[…]
Non, Sonia ne va pas s’excuser d’exister.
Elle n’a besoin de la reconnaissance de personne.

Dans ce tome, les enjeux sont également relationnels et amoureux : Lou la solitaire, qui sort peu à peu de sa coquille ; Sonia la solaire, toujours marquée par son aventure avec Gabriel. La vie en colocation, leur projet commun de BD, leurs tempéraments opposés et les expériences que chacune vit de son côté sont autant de sources de tension entre les deux amies… Des tensions qui m’ont prises aux tripes !

Car oui, ce roman m’a touché à de nombreuses reprises : les événements que traversent Lou et Sonia ont fait écho à des expériences que j’ai vécues. J’ai trouvé que Samantha Bailly retranscrivait très bien les enjeux de cette période de la vie, et la manière dont on peut les appréhender en fonction de son caractère et de ses expériences personnelles. A tel point que j’ai parfois eu le ventre noué à l’évocation de certains passages, ou un petit sourire nostalgique en coin 🙂

J’ai été heureuse de voir la force de la relation entre Lou et Sonia, envers et contre tout. Car personnellement, beaucoup de mes amitiés n’ont pas survécu à cette époque de ma vie (rassurez-vous, j’en ai trouvé bien d’autres en contrepartie qui me comblent aujourd’hui^^). J’ai aussi été très touchée par les passages relatifs à la famille et aux relations que l’on a avec elle : Lou et Sonia prennent beaucoup de recul là-dessus et leur vision de la famille évolue elle aussi au cours de cette année post-bac, loin de leur cocon familial.

C’est bizarre la famille, pas vrai, So ?
On croit pouvoir s’en différencier, s’en émanciper. On l’oublie, on la tient à distance, pour se trouver, et plus on grandit, plus on se rend compte que tout tourne autour d’elle.

En bref, beaucoup de positif pendant cette lecture ! Seul point négatif : devoir laisser Lou et Sonia vivre leur vie après avoir refermé ce livre…

En bref :

Dans ce troisième et dernier tome, Samantha Bailly fait gagner en maturité ses personnages et les confronte à des problématiques plus adultes. Elle aborde des thèmes très actuels et représentatifs des enjeux de cette période de la vie : les choix professionnels, l’évolution des relations amicales, amoureuses et familiales, le deuil, la colocation, les nouvelles responsabilités liées à la vie d’adulte, et qui sont aussi la contrepartie d’une liberté nouvelle. Le plus beau message reste celui de croire en ses rêves et de se donner les moyens de les atteindre, même si cela implique des sacrifices et des choix difficiles ou contraires à ce que les autres attendent de nous. Je ressort de cette lecture touchée par la justesse des propos, qui sont entrés en résonance avec mes propres expériences. Samantha Bailly a toujours autant de talent pour dépeindre sa génération et ses problématiques !
 
8/10

 

Mes chroniques des tomes précédents :
Tome 1 : Nos âmes jumelles
Tome 2 : Nos âmes rebelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s