Contemporain, Fantastique, Partenariat, Pas Mal, Pavlenko Marie

La mort est une femme comme les autres – Marie Pavlenko

Auteur : Marie Pavlenko
Édition : Pygmalion
Parution : 2015

Pages : 193
Prix : 16 €

Genre : Fantastique, Contemporain

I

maginez un monde où personne ne s’éteint.
Imaginez un service de soins palliatifs où personne ne succombe.
Imaginez un univers où la mort en a ras la faux et fait un burn out.
Emm n’en peut plus. Un matin, elle s’arrête et s’assoit. Ses bras sont de plomb, elle pèse une tonne, elle ne peut plus se lever.
En se laissant aller à son spleen, elle rencontre Suzie, une jeune femme dont la gentillesse va l’émouvoir. Commence alors un périple extraordinaire au cours duquel Emm va découvrir la richesse de la nature humaine.

 

A

vec ce roman, Marie Pavlenko innove et propose quelque chose de très différent de ses précédents romans : vous ne retrouverez ici rien de commun avec Saskia ou Marjane. Ce qui n’empêche pas l’auteur de nous livrer un roman court et original, complètement barré et plein d’humour. Bien sûr, l’humour est toujours un genre délicat à manier, car chacun a son humour propre. C’est d’ailleurs pour ça que j’évite ce genre en général. Et pourtant, cette fois j’ai eu envie d’essayer, parce que c’est Marie 🙂

 

Et je n’ai pas été déçue ! Si j’ai trouvé l’intrigue un peu trop simple et le traitement parfois trop « gentillet », j’ai adoré le ton loufoque du roman. La mort est une femme comme les autres est une sorte d’énorme délire, une idée folle poussée jusqu’au bout, une sorte de variation comique sur le thème : et si la mort en avait marre de faire son job ? Qu’est-ce qui se passerait dans le monde ? Comment les hommes réagiraient-ils ? Et comment la mort pourrait-elle se mêler aux hommes pour mieux les comprendre ? Quel comportement pourrait-elle avoir ?
Outre les situations burlesques et les personnages hauts en couleurs du roman, à commencer par la Mort elle-même, le sujet de fond pose question. Même si ce n’est clairement pas le but du roman, il permet tout de même d’y réfléchir.
J’ai lu ce livre quasiment d’une traite : le format court permet au lecteur de ne pas s’ennuyer. Et même si les rebondissements sont prévisibles, on passe un bon moment, pour peu que l’on entre dans le délire de l’auteur. Pour moi, cela a fonctionné, et je dis merci à Marie pour ces 200 pages complètement dingues !

 

Une lecture très différente de ce que l’auteur a pu faire jusqu’à présent, et qui lui réussi plutôt bien ! Le récit est court et très vite lu, et je dois bien avouer que j’ai trouvé l’ensemble très drôle : les personnages sont complètement barrés, les idées sont folles… et ça fonctionne ! Qui aurait cru que la Mort pouvait être si drôle ?
7,5/10

4 thoughts on “La mort est une femme comme les autres – Marie Pavlenko”

  1. Oh, je ne savais pas qu'elle avait écrit ce genre de roman ! Il me tente vraiment beaucoup 🙂 J'ai adoré Saskia et Marjane et même si c'est différent, avec son style ça ne pourra que me plaire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s