Barjavel, Challenge ABC Imaginaire 2012, Pas Mal, SF

Le Voyageur Imprudent – René Barjavel

  • Le synopsis :

Le lendemain, il avança d’un siècle de plus. Puis de deux, de trois, de cinq. Ce qu’il vit et rapporta à l’infirme leur parut tellement effrayant qu’ils décidèrent, d’un commun accord, de faire en avant un bond gigantesque pour être immédiatement fixés sur le sort de leurs lointains petits-enfants.
En effet, si l’électricité avait disparu, et la civilisation de la machine trouvé son terme, une force nouvelle était née ; l’humanité, qui avait appris à l’utiliser, subissait une telle évolution dont l’esprit des deux hommes n’osait prévoir l’aboutissement. Quand Saint-Menoux, ce jour là, appuya sur le bouton de départ…

  • Mes impressions :
Après mon coup de cœur pour Les Montagnes Hallucinés de H.P. Lovecraft, j’avais très envie de retenter l’aventure du livre audio. Ici, j’ai un peu moins accroché à l’histoire, mais l’expérience reste très agréable et change un peu de nos modes de lecture habituels. « Écouter » un livre ne provoque pas du tout les mêmes sensations que la lecture papier, et je pense que tout le monde devrait essayer une fois, au moins pour voir.
Concernant le livre en lui-même, j’ai trouvé le thème vraiment intéressant. C’est la première fois que je lis une œuvre qui aborde le sujet du voyage dans le temps, et j’ai été très intriguée par cet aspect du récit. Du coup, j’ai envie de tenter d’autres livres sur ce thème afin d’explorer un peu plus tous les questionnements soulevés par l’auteur dans Le Voyageur Imprudent (si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires). En fait, voilà un livre qui, s’il n’est pas un coup de cœur, me donne tout de même envie de découvrir un peu plus la science-fiction, genre littéraire dans lequel je suis encore très clairement un « bébé ».
La postface est à ce titre particulièrement intéressante : le livre dans son ensemble apparaît alors comme un moyen pour l’auteur d’appuyer ses tous derniers mots, dans lesquels il transforme la célèbre phrase de Shakespeare « Être ou ne pas être, telle est la question », en une formule d’apparence anodine mais qui pousse à des réflexions à s’en arracher les cheveux : « Être ET ne pas être« . Si vous voulez comprendre, il va falloir lire le livre… 
En dehors du thème intéressant, j’ai trouvé le personnage de Saint-Menoux bien construit, et finalement, même si on sait d’avance que sa curiosité scientifique va lui jouer des tours, on se dit qu’à sa place, on ferait sûrement pareil. J’ai eu du mal à m’attacher à Aneth, une fille assez bizarre, mais bon, avec un père pareil (celui qui a inventé le moyen de se déplacer dans le temps), difficile d’être normalement constitué !
J’ai de loin préféré le début et la fin du roman : d’abord la découverte des possibilités infinies du voyage dans le temps, et sur la fin les incidences et les paradoxes du voyage dans le passé. Quant au milieu du récit, il relate pendant de longues pages le voyage dans le futur. J’ai trouvé ça intéressant au début, mais j’ai fini par me lasser, ça traînait trop en longueur à mon goût. Ce passage a un peu gâché ma lecture, mais la fin a tout rattrapé 🙂
Ma chronique est un peu décousue, j’ai un eu un peu de mal à organiser mes arguments sur ce coup là :/ Je ne connais pas encore bien Barjavel (j’ai uniquement lu La Nuit des Temps de cet auteur), mais je suis assez contente de ma lecture. Une bonne entrée en matière sur le thème du voyage dans le temps !
Merci au forum Accros et Mordus ainsi qu’aux éditions Libellus !
  • Ce qu’il faut retenir :

Un roman étonnant qui aborde de manière très intéressante la question du voyage dans le temps. Les personnages sont bien construits, et même si je n’ai pas accroché plus que ça avec eux, ils ont le mérite d’interpeller. J’ai eu un petit coup de mou sur le milieu du livre, car j’ai préféré le thème du voyage dans le passé que celui dans le futur. J’ai malgré tout passé un bon moment, et j’ai beaucoup aimé la postface de l’auteur. Voilà qui me donne envie de découvrir d’autres œuvres qui abordent le sujet du voyage temporel !

7/10
Un livre sympa, Trolle aime ! 

CITRIQ

 8/26

9 thoughts on “Le Voyageur Imprudent – René Barjavel”

  1. Ah, dans ma wish-list depuis un moment déjà. De Barjavel, de mon côté, j'ai déjà lu Ravage (bien mais un peu long si tu n'as pas aimé le côté voyage dans le futur de celui-ci) et le grand secret que j'ai adoré !
    Très bonne chronique !

    J'aime

  2. Barjavel, je l'aime, je l'aime, je l'aime ! Celui-ci est un des rares textes « célèbres » de l'auteur que je n'ai pas encore lu. Mais je prends mon temps pour lire sa bibliographie, parce qu'un jour, il n'y en aura plus !
    En tout cas, tu me donnes envie de le remonter un peu dans ma PAL… 🙂

    J'aime

  3. « Si on voyage dans le passé pour tuer son grand père, comment as-ton pu entreprendre ce voyage…? »
    J'ai apprécie aussi ce roman, par contre je n'ose même pas regarder l'adaptation cinématographique avec Thierry Lermite et Jean Marc Thibault… ça doit être plutôt mauvais… J'essayerai quand même par curiosité!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s