DeStefano Lauren, Excellent, Jeunesse et Young Adult, SF

Ephémère – Lauren DeStefano

  • Le synopsis :
Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ? Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L’humanité a cru voir son avenir assuré…jusqu’au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l’espèce.

Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l’amour sincère de son mari et la confiance qui s’instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n’a qu’une idée en tête : s’enfuir de cet endroit.

  • Mes impressions :
Après Divergent, voilà le nouveau phénomène littéraire de la rentrée, toujours dans le registre de la dystopie. Et une fois de plus, je ne suis pas déçue d’avoir suivi les tendances littéraires, car Éphémère est vraiment bon. Et très différent des autres dystopies que j’ai pu lire ! Ici, l’histoire n’est pas du tout centrée sur l’action : le récit est au contraire très statique, le rythme est lent, et c’est voulu. Je dirais même que c’est tout l’intérêt de ce bouquin, et que c’est ce qui fait son attrait.

L’histoire est celle de Rhine, enlevée puis mariée de force à Linden avec deux autres filles, et contrainte de passer le reste de sa vie dans une prison dorée avec pour seule tâche de satisfaire son mari et de mettre au monde des enfants. Car les habitants de la Terre se meurent : la moitié du monde est sous les eaux, et le reste se bat contre un virus qui tue toutes les femmes à vingt ans et tous les hommes à vingt-cinq ans. Un virus créé par les humains, qui ont voulu jouer avec la génétique et qui, en croyant éliminer le cancer et autres maladies de l’ADN humain, ont fini par les condamner à une mort prématurée.

La force d’écriture de l’auteure est extraordinaire : les mots retranscrivent à merveille cette atmosphère oppressante, dans laquelle l’échéance fatidique de la mort pèse sur les esprits à chaque instant de la vie. Et surtout, on ressent très bien l’ambiance lourde qui règne sur le manoir dans lequel Rhine est retenue. Une vie pleine d’ennui et de langueur, dans laquelle il est facile d’oublier le monde extérieur, d’oublier qu’on est dans une prison dorée et que notre vie est ailleurs. Car dehors, le quotidien, c’est la survie. La sécurité du manoir, l’abondance de nourriture et de confort vaut-il plus que la liberté ? Linden est-il seulement conscient de ce qu’il inflige à ses épouses ? En est-il moins coupable ? Peut-on apprécier son ravisseur au point de reconsidérer ses rêves d’évasion, se dire qu’il a besoin de nous et qu’on ne doit pas, qu’on ne veut pas s’enfuir ?

Je pourrais vous parler longuement de cette ambiance si particulière, mais vous ne la comprendrez réellement qu’en lisant ce livre. Rhine est loin d’être une ado ordinaire, mais c’est le monde dans lequel elle vit qui l’a forgée ainsi. Ses réflexions et ses actions sont à des lieues de ce qu’on peut lire dans d’autres young adult. Cette histoire est pleine de maturité et aborde plusieurs sujets très intéressants, en nous poussant à y réfléchir de manière subtile. Des sujets aussi variés que le syndrome de Stockholm, le débat sur la sécurité au détriment de la liberté, ou encore la place de l’éthique dans la recherche scientifique. Je suis très curieuse d’en découvrir plus sur l’auteure et sur le monde qu’elle a créé !

  • Ce qu’il faut retenir :

Une dystopie au rythme lent et centré sur la réflexion plutôt que sur l’action, une héroïne réaliste qui a les pieds sur terre, une ambiance oppressante dans un huis clos effrayant, avec en arrière plan le décompte des jours restants à vivre jusqu’à la date fatidique où le virus viendra les prendre : un cocktail unique pour un livre de grande qualité. Une écriture exceptionnelle, très mature pour une auteure aussi jeune, et qui s’éloigne avec talent de toutes les dystopies YA que j’ai pu lire jusqu’à présent. A lire absolument !

9/10

Kiaaaa ! Excellent ! Trolle like +++

12 thoughts on “Ephémère – Lauren DeStefano”

  1. Ce livre est magnifique… comme tu le dis si bien : pas d'action, et un rythme lent mais l'histoire est magnifiquement écrite. L'auteure a un talent extraordinaire, bref une de mes plus belles lectures de 2011 !

    J'aime

  2. Merci beaucoup pour cette découverte ! Ton billet présente bien ce livre et m'avait donné vraiment envie de le lire =)

    Une très bonne idée, une histoire qui évolue dans un univers lent et c'est ce qui fait son charme.

    Une lecture agréable même si je suis réservée sur la dernière partie du livre. Je trouve la fin un peu trop « facile » mais bon cela n'empêche que j'ai trouvé cette dystopie original.

    Mnm's

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s