Cercle d'Atuan, Fantasy, Kay Guy Gavriel, Pas Mal

Les Lions d’Al-Rassan – G.G. Kay

  • Le synopsis :
Depuis l’assassinat, quinze ans auparavant, du dernier khalife, l’empire d’Al-Rassan est éclaté en cités-états rivales. Dans ce climat troublé, la discorde règne, et inlassablement se querellent asharites, adorateurs des étoiles d’Ashar, kindaths et jaddites, les fils du Dieu-soleil Jad. Il est cependant une menace plus grande encore qui pèse sur le royaume : Au Nord, les anciens monarques d’Espéragne semblent s’organiser pour lancer une guerre sainte de reconquête. C’est dans ce contexte instable que trois destinées d’exception vont se croiser. Trois êtres que tout oppose : Rodrigo Belmonte, le prestigieux chef de guerre jaddite, Jehane brillant médecin kindhat, et Ammar Ibn Khairan, le poète asharite, celui-là même qui jadis assassina le khalife…

  • Mes impressions :
Les Lions d’Al-Rassan, c’est ma première lecture dans le cadre du Cercle d’Atuan. Bon ok, j’étais un peu en retard sur les dates prévues de lecture et du coup je n’ai pas vraiment échangé avec les autres participants sur le livre, mais je ne regrette pas du tout d’avoir participé !

C’est mon premier Guy Gavriel Kay et je pense en lire d’autres, notamment la Tapisserie de Fionavar (qui en plus fait partie de mon challenge « Chefs d’œuvres de la SFFF »). Pour ce qui est des Lions d’Al-Rassan, ce n’est pas un coup de cœur mais ce livre a tout de même des qualités indéniables. A certains moments, j’étais totalement prise dans l’histoire. En fait, à partir du milieu du livre, et tout particulièrement pendant environ 200 pages relatant une nuit particulière dans le récit (le carnaval de Ragosa), je n’ai pas pu décoller le nez du bouquin…

Les personnages sont intéressants, et leurs relations tous particulièrement. Mes préférés sont indéniablement Jehane, un sacré bout de femme, et médecin en prime, ainsi que le capitaine Rodrigo Belmonte, un soldat pas comme les autres ! J’ai aimé l’histoire d’amour (et oui on n’y échappe pas, et pourtant elle ne ressemble pas à une histoire « classique », et on est loin d’une amourette de fillette, ici on est entre adultes), j’ai aimé les histoires d’amitié, d’honneur, de loyauté, de trahisons aussi.

Car dans ce livre, les intrigues politiques ne manquent pas ! Il y en a même beaucoup trop à mon goût, je n’ai pas saisi la moitié des implications politiques décrites dans le livre, et j’ai parfois décroché de l’histoire à cause de ça. Certains passages étaient vraiment trop axés là-dessus et trop compliqués pour moi… Bon, c’est aussi ce qui fait l’intérêt du livre, puisque ce sont ces circonstances politiques particulières qui amènent nos personnages à se rencontrer, puis à se séparer…

Autre reproche que je fais à l’auteur, c’est l’absence de « méchant ». Les personnages sont tous un peu trop gentils et gentlemen, ce qui n’est pas toujours très réaliste… On ne s’en rend pas compte tout de suite lorsqu’on est plongé dans la lecture, mais avec du recul, c’est quelque chose qui manque au récit et qui aurait pu lui donner un peu plus de mordant. Et puis les protagonistes s’en sortent vraiment très bien quand on y réfléchit. Moi qui aime le tragique et les héros qui souffrent (vive Fitz !), ici l’auteur nous met en bouche avec des situations difficiles psychologiquement pour nos héros (déchirés entre leurs amitiés et des considérations politiques, ils doivent faire des choix difficiles), mais concrètement à la fin tout le monde s’en sort bien. Pourtant ce n’est pas un happy end, mais je n’en dit pas plus pour ne rien gâcher…

En conclusion, du positif avec des relations intéressantes entre les personnages et certains passages du récit complètement addictifs, mais aussi des point négatifs : des personnages trop gentils, qui s’en sortent trop bien à mon goût, et surtout des intrigues politiques trop compliquées pour ma petite tête de troll ! Du bon + du moins bon, et nous voilà avec une note moyen + : un 7/10 pour ce premier Guy Gavriel Kay (mais pas le dernier !)

7/10
Un livre sympa, Trolle aime !
Les avis des autres participants :

8 thoughts on “Les Lions d’Al-Rassan – G.G. Kay”

  1. J'ai ressenti les mêmes choses que toi au cours de ma lecture, maris globalement, je lui ai donné un 5 étoiles, parce que j'ai quand même passé un excellent moment de lecture.
    Et moi aussi je veux lire la tapisserie de Fionavar 😀

    J'aime

  2. Je vous conseille vivement la tapisserie de Fionavar que j'ai adoré. Je pense lire les lions dal rassan bentôt pour le challenge Guy Gavriel Kay organisé par Merkillia.
    Bonne lecture à tous !

    J'aime

  3. Je ne suis pas du tout d'accord pour dire que l'auteur est gentil avec les personnages, ni que ça manque de réalisme. C'est la guerre, avec toute son horreur et son inutilité à part faire des morts. Certes à la sauce Fantasy, donc c'est vu dans un prisme d'imaginaire plus que de réalité (par rapport à d'autres récits bruts de pomme, voire gore, ok). Je t'invite d'ailleurs à lire les derniers posts à ce sujet que j'ai posté hier (voir dans la partie du Cercle sur cette lecture, les derniers posts des sujets des derniers chapitres).
    Tu dis qu'il n'y a pas de méchants, oublierais tu Almalik II ? et le prêtre de Ferrière ? Ah c'est sûr pas de méchant dans le sens Fantasy du terme, mais des personnages finalement ni blancs ni noir. Enfin surtout le roi Ramiro, là où je suis d'accord c'est que les persos principaux sont un poil trop lisse et gentil, mais ça c'est aussi la façon maniéré et courtoise dont ils parlent qui fait cet effet (parce qu'en réalité, ils tuent !).

    J'aime

  4. Oui y'a des méchants, mais c'est des méchants un peu caricaturaux qui meurent vite (c'est un peu caricatural mais c'est ça), ou alors présentés d'une telle façon qu'on ne les trouve pas si méchant que ça (ce qui est plutôt un bien, même Almalik II, il ne fait pas si méchant que ça…).

    Menfin je rejoins ton avis Ptitetrolle, c'est un très roman, juste un poil trop gentil mais rien de bien grave

    J'aime

  5. Lael je disais que c'est le comportement exemplaire des personnages qui ne me paraît pas toujours réaliste, mais le reste l'est! D'ailleurs un des aspects que j'ai aimé c'est qu'on voit bien à quel point la guerre est stupide puisqu'elle amène certains personnages à se séparer alors qu'ils s'appréciaient, et cela juste pour une histoire d'allégeance à un pays.
    Personnellement je ne vois pas Almalik II comme un « vrai » méchant, le prêtre de Ferrière un peu plus. Mais comme tu dis on est loin des stéréotypes manichéens.
    Et puis comme le dit Calenwen, tout ça ne m'a pas empêché d'apprécier ma lecture. Pour moi le plus gênant n'a pas été ce manque de « méchant » mais plutôt la prépondérance des intrigues politiques. Il faut vraiment lire avec attention si on ne veut pas s'y perdre ! (et malgré mes efforts j'ai quand même été perdue à certains passages…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s