Classique, Excellent

Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig

  • Le synopsis :

Prisonnier des nazis, Monsieur B., en dérobant un manuel d’échecs, a pu, à travers ce qui est devenu littéralement une folle passion, découvrir le moyen d’échapper à ses bourreaux. Libéré, il se retrouve plus tard sur un bateau où il est amené à disputer une ultime partie contre le champion Czentovic. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire… Quand ce texte paraît à Stockholm en 1943, Stefan Zweig, désespéré par la montée et les victoires du nazisme, s’est donné la mort l’année précédente au Brésil, en compagnie de sa femme. La catastrophe des années quarante lui apparaissait comme la négation de tout son travail d’homme et d’écrivain. Le joueur d’échecs est une confession à peine déguisée de cette désespérance.

  • Mes impressions :

En ce moment je lis Les Enfants du Fleuve de Greg Keyes et j’accroche moyen (un récit Fantasy assez classique pour l’instant), et je lis en parallèle Les Lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay. J’apprécie mais c’est tout de même un sacré pavé (700 pages) et c’est vrai que j’aime bien voir les pages défiler et me dire que je me rapproche de la fin ! J’ai donc décidé de me lancer dans une autre lecture, de préférence courte. Je cherche dans mon Sony Reader et là je tombe sur Le joueur d’échecs de Stefan Zweig, un roman hypra court (un peu moins de 100 pages), exactement ce que je recherche ! En plus, j’avais déjà entendu du bien de ce bouquin.

Me voilà donc ni une ni deux à commencer la lecture. Et j’ai adoré ! Encore un auteur qui me fait changer d’avis sur les classiques ! Ce roman se lit d’une traite, et on n’a pas envie de décoller avant d’en avoir terminé. J’ai souvent du mal avec les récits courts, notamment les nouvelles. Je suis habituée aux longues séries, avec un premier tome « d’introduction » qui plante le décor en douceur, et surtout j’aime bien suivre les personnages pendant tous ces tomes, voir comment ils évoluent… J’ai donc souvent du mal à rentrer dans l’histoire quand j’ai affaire à une nouvelle, je pense que c’est une question d’habitude. A chaque fois j’ai à peine le temps de commencer à apprécier les personnages, de cerner l’intrigue, que déjà l’histoire est terminée, et je me dis mais mince, c’est vraiment trop court !

Mais là on rentre tout de suite dans l’histoire, et bien que je n’y connaisse rien en échecs, j’ai été passionnée par cette partie et ses enjeux multiples, cette partie qui se joue entre M. B, un inconnu, et le grand champion d’échec à l’orgueil démesuré et renommé pour sa bêtise. L’auteur a réussi à capter mon attention dès les premières lignes, et encore plus par la suite avec le récit de l’enfermement de M. B, de ses heures folles à ressasser sans relâche les parties de célèbres joueurs, et ensuite à s’inventer des parties contre lui-même en « dédoublant » sa personnalité. Sa façon de raconter son expérience, la frénésie qui l’a envahit dans cette chambre où il a passé de longs mois en captivité, c’est tout à fait passionnant. Le style de l’auteur est très plaisant, je ne sais pas s’il a écrit d’autres romans mais je me lancerais bien dans une autre de ses histoires 🙂

En bref, un livre que je ne peux que conseiller à tous parce qu’il est court et facile à lire, qu’il n’y a pas besoin de s’y connaître en échecs, que le style de l’auteur est très agréable et que l’expérience qu’a vécu le personnage est originale et son récit captivant. Conclusion : un classique à ne pas manquer !

9/10 
Kiaaaa ! Excellent ! Trolle like +++

9 thoughts on “Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig”

  1. Stefan Zweig est un de mes auteurs préférés, je trouve sa plume enchanteresse !
    Je te conseille « La confusion des sentiments », absolument magnifique et poignant, et toutes ses nouvelles où son style est époustouflant !
    Si tu veux en savoir plus sur cet auteur qui a eu une vie tourmentée, je te conseille également « Les derniers jours de Stefan Zweig » de Laurent Seksik qui vient tout juste de sortir en poche.
    =)

    J'aime

  2. C'est vrai qu'on est habituées à lire des séries à rallonge et là, l'auteur arrive à nous intéresser à son histoire et à faire vivre ses personnages en moins de 100 pages. J'ai bien aimé aussi (sans adorer cependant).

    J'aime

  3. On a lu ce livre en seconde au lycée et on a beaucoup aimé. On le classe dans la catégorie des livres « marquants » ( ;D) . Surtout que un classique qui est prenant et facile à lire c'est rare !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s